De l'info sur les ondes : ce qu'il faut savoir...que sait-on pour l'instant? connaissances à compléter...

Publié le par ADPSE

O

Inquiets pour leur santé, de plus en plus de Français se mobilisent contre les sources de rayonnement. Manifestations et procès se succèdent.



Téléphone portable, wi-fi, antennes : la tension monte

Le 23 avril, à Paris, s'ouvrait un «Grenelle des ondes», visant à faire le point sur les dangers sanitaires potentiels des champs électromagnétiques qui entourent les téléphones mobiles, le Wi-Fi, les antennes- relais... Il regroupera opérateurs, pouvoirs publics et associations. Il y a urgence car depuis janvier, trois décisions judiciaires ont ordonné le démontage d'antennes téléphoniques ou interdit leur implantation «pour trouble anormal de voisinage» en évoquant «le principe de précaution». Les trois opérateurs français, Orange, Bouygues, SFR, tour à tour condamnés, craignent des procès en rafale. Cinq nouvelles plaintes au civil ont été déposées fin mars. Deux plaintes au pénal pour «administration de substance nuisible» sont en cours. Les antennes-relais seraient-elles dangereuses ? Non, répondait, dès mars, l'Académie de médecine. «On ne connaît aucun mécanisme par lequel les champs électromagnétiques [...] pourraient avoir un effet négatif sur la santé.» Un avis aussitôt repris par le Premier ministre, avant même que la table ronde ait commencé !
De quoi ulcérer les associations comme Priartem ou Robin des Toits. Contestant l'indépendance des experts (lire p. 66), elles brandissent des études inquiétantes (lire p. 50) et demandent une nouvelle loi sur l'implantation et la puissance autorisée des antennes-relais. Un amendement en ce sens, déposé à l'Assemblée nationale, a été repoussé le 6 février à la demande de la ministre de la Santé. Les sénateurs Verts ont répliqué fin mars par une proposition de loi. Comme les associations, ces élus réclament une baisse de l'exposition du public aux émissions électromagnétiques. A quoi les opérateurs rétorquent, non sans mauvaise foi, que cela conduirait à couper le téléphone pour certaines personnes ! (lire p. 61). Un dialogue de sourds qui augure mal du débat.
Pendant ce temps, la préoccupation du public grandit. Car d'autres ondes et d'autres sources inquiètent. Le Wi-Fi par exemple : la mairie de Paris a dû temporairement débrancher ses bornes d'accès publics dans des bibliothèques après que des employés ont ressenti des malaises. La capitale a démarré en avril une conférence citoyenne sur la question de l'Internet sans fil mais aussi des autres ondes; les conclusions seront rendues en juin.
Autres objets de controverse et de confrontation : les lignes à haute tension et leurs rayonnements à basse fréquence ainsi que tous les appareils branchés sur le secteur. En novembre 2008, un agriculteur a gagné son procès contre le transporteur d'électricité RTE, filiale d'EDF, en arguant des dégâts sanitaires sur son élevage, une première judiciaire. Et ce, alors que la pléthore d'études sur le sujet ne parvient pas à se mettre d'accord sur un risque avéré pour les hommes et les animaux.
Visiblement, la confusion règne dans le domaine. Sciences et Avenir a souhaité démêler les fils de ces polémiques. Tout d'abord, à quoi nous exposent toutes ces antennes, ces lignes à haute tension, ces bornes Wi-Fi, ces fours à micro-ondes ces appareils électriques qui se multiplient dans notre environnement ? Lequel émet des ondes basses fréquences et lequel émet des ondes très hautes fréquences ? (lire Repères). Quels sont, pour chacune, les effets physiques sur nos corps ? (lire p. 54).
Nous nous sommes procuré des appareils pour mesurer le bain d'ondes auxquelles tout un chacun peut être exposé quotidiennement. Et nous avons eu accès aux premiers résultats de deux campagnes de mesures différentes, de grande ampleur, menées en France. Au menu, quelques surprises riches d'enseignements (lire p. 56) . Quid enfin des effets des ondes sur la santé ? Ces dernières années, une population semble particulièrement affectée, les électrosensibles (lire p. 62). Malades ou paranos ? Des diag-nostics préliminaires viennent seulement d'être posés en France alors que l'électrosensibilité est déjà reconnue comme un handicap en Suède.
Enfin, les polémiques ont gagné les laboratoires (lire p. 50). Les chercheurs savent déjà que ces rayonnements échauffent le corps, mais s'interrogent sur des mécanismes non thermiques susceptibles d'attaquer nos cellules pour dégénérer en pathologies plus graves, comme des cancers.

Quant à savoir si les usagers du portable pourraient développer des tumeurs, l'incertitude demeure : les études d'épidémiologie sont difficiles à mener et les résultats, en particulier ceux de la fameuse étude Interphone, se font attendre (lire p. 53) .
Ces controverses montrent que les nouvelles technologies ne peuvent se développer sans concertation. Toutes leurs facettes font débat : effets sur la santé, sur le développement économique, la prise de décision politique.

electromagn-tismes.jpgAlors que les dangers de l'amiante et du tabac ont été avérés après bien des années de controverse, et que la polémique sur les OGM est installée, on pourrait espérer que la question des ondes électromagnétiques amène à aller au-delà d'une opposition entre raison scientifique des uns et obscurantisme des autres, entre principe de précaution et progrès. Les scientifiques - mais pas seulement eux - ont encore du pain sur la planche.

David Larousserie [extrait de Sciences et Avenir]

Repères

QU'EST-CE QU'UN CHAMP ELECTROMAGNETIQUE ?
Commençons par une analogie : sur Terre, tout objet est soumis au «champ de gravitation» créé par la planète. Il subit une force dirigée vers le bas. Voilà pourquoi on tombe ! De même, plongée dans un champ électromagnétique, toute particule chargée (exemple, un électron) subit des forces électriques et magnétiques. Elle est freinée ou accélérée par le champ électrique exprimé en volts par mètre (V/m). Et sa trajectoire est déviée par le champ magnétique exprimé en teslas (T).Champ électrique et champ magnétique sont liés par les équations de l'électromagnétisme dites de Maxwell.

QU'EST-CE QU'UNE ONDE ELECTROMAGNETIQUE ?
Une onde traduit la façon dont le champ varie dans l'espace. De même qu'une vague à la surface de l'eau décrit la variation de la hauteur d'eau, l'onde caractérise la variabilité des champs électriques et magnétiques en tout point. Ses grandeurs caractéristiques sont la fréquence et l'amplitude.La fréquence, exprimée en hertz (Hz), donne le nombre de fois qu'un maximum (ou un minimum) est atteint par seconde. La longueur d'onde, inverse de la fréquence, représente la distance entre deux maxima et s'exprime en mètre. L'amplitude représente la hauteur d'un sommet et traduit l'intensité du phénomène. L'onde électromagnétique la plus courante est celle de la lumière (de 0,4 à 0,7 micromètre). Pour les communications, les longueurs d'onde vont de plusieurs centimètres à plusieurs kilomètres. Les ondes électromagnétiques se propagent à la vitesse de la lumière.

D'OU VIENNENT CES CHAMPS ?
Dès qu'un courant électrique circule, il y a rayonnement. Exemple : dans un émetteur radio, le signal à transmettre est converti en signal électrique oscillant et sa variation dans l'antenne émet une onde (le récepteur radio fonctionnera à l'inverse). L'onde est plutôt dans le domaine des hyperfréquences. Si les fils électriques sont enroulés, un champ magnétique est induit. C'est ce qui se passe pour les appareils électriques alimentés par le courant du secteur à basse fréquence.

Commenter cet article