Direct Energie en campagne...

Publié le par ADPSE

 

 construire-ensemble.jpg

Comme beaucoup de futurs « riverains » d’Hambrégie, je viens de recevoir le dernier « Construire ensemble » distribué par Direct Énergie. Une remarque à propos du titre d’abord : je n’ai pas envie de construire avec vous messieurs. Vraiment pas du tout, dussé-je passer pour un malheureux et irrécupérable « passéiste ». Simplement, j’ai quelques convictions, qui relèvent de l’observation des évolutions de notre bonne, mais pauvre, vieille terre, convictions qui n’ont pas eu besoin de calculer électoralement pour s’exprimer.

Mes connaissances scientifiques étant limitées, je ne sais pas trop, finalement, si les « bruits qui courent soyons clairs avec vous » sont totalement ou partiellement fondés. En particulier, je ne suis pas sûr d’avoir tout compris de votre développement relatif aux PCI et PCS. Sans doute ne suis-je pas le seul. J’aimerais cependant que vous m’expliquiez la différence qu’il y a entre du CO² émis par une voiture et celui que votre centrale rejettera. De plus, ayant fréquenté récemment, à mon corps défendant, le cabinet d’un kinésithérapeute, j’ai été frappé par les nombre de bébés qui y étaient soignés pour cause de bronchiolite. Lisant de temps à autre – c’est bien le moins que je puisse faire  ̶  ce qui s’écrit sur notre atmosphère et la transformation de sa composition, que vous l’acceptiez ou non, j’ai cru noter que la multiplication des cancers des voies aériennes n’était pas seulement due au tabagisme ; qu’en plus de la bronchiolite, l’asthme se répandait anormalement et exponentiellement parmi les populations, notamment juvéniles, ce qui est grave ; last but not least, qu’une étude américaine venait de démontrer un lien direct entre les émanations de microparticules et le diabète (dont les cas, eux aussi, se multiplient, ce que l’on attribuait jusqu’ici uniquement à la « mal bouffe »  ̶  au passage, merci à la majorité municipale sarkozyste pour le Mac Do de la Rotherspitz). Or de même que, vous ne dites rien sur les conséquences possibles de l’élévation de la température de l’eau sur le canal des Houillères où comme vous le savez le courant est très faible, vous restez peu disert sur les rejets de vos particules, qui, fatalement, viendront s’ajouter à l’existant … qui n’est déjà pas triste. C’est là que se situe à mes yeux le nœud gordien, comme aurait dit Georges Pompidou. Je pense, et beaucoup d’autres avec moi, ce que peut-être certains considéreront comme une faiblesse, que votre projet pollue effectivement moins que les centrales au gaz que l’on construisait il y a 20 ou 30 ans : que diable, nous sommes en 2011, pas en 1980 – foin de misonéisme ! Il n’en reste pas moins qu’il pollue encore ; qu’utilisant une énergie fossile donc finie il peut difficilement se réclamer du développement durable – ou alors il faut que l’on m’explique l’alogie ; qu’il s’inscrit dans une région dont l’atmosphère est saturée, quoique, j’en ai conscience, cela dépende des points de vue – certains n’hésiteraient pas, mais je suis sûr que ce n’est pas votre cas, à sursaturer et même au-delà pourvu que cela rapporte ; que les microparticules relèvent depuis pas mal de temps déjà de la santé publique et donc, accessoirement, de la sécurité sociale, ce dont il faudra bien débattre un jour.

Sur ces points vous l’avez compris, vous aurez du mal à me convaincre du contraire, d’autant qu’en dernier recours j’appliquerais le « principe de précaution » qui, dois-je le rappeler, est inscrit dans notre Constitution. Mais, néanmoins, je suis prêt à vous écouter. En attendant, j’ai une proposition à faire, histoire de montrer que les anti-centrale ne sont pas complètement obtus ni fermés à tout compromis : laissez tomber votre projet et en lieu et place installez sur le site un champ de panneaux photovoltaïques. Vous pourriez même ériger, là ou ailleurs mais à distance légale des habitations, quelques éoliennes que cela ne me dérangerait pas. Sur deux hectares cela fait autrement plus sérieux que ce que vous envisagez à Folpersviller ; cela vous réconciliera avec la population à l’entour et, pour l’entretien-gestion, vous aurez sans doute besoin, disons, à la louche … d’une quarantaine de personnes !

Ajouterai-je enfin que vous jouez de malchance ? Vous excipez en effet d’un certain nombre d’études, expertises et autres rapports de spécialistes qui, tous, vous donnent raison. Vos opposants, eux, n’ont pas les moyens de donner autant de publicité que vous le faites aux rapports, études et expertises qui, tous, contredisent les vôtres. Ce qui devrait engager les soi-disant experts et spécialistes à faire preuve de plus de modestie – ou si l’on veut de moins de morgue ou de vanité. Hélas, ces soi-disant experts et spécialistes se sont si souvent trompés, ont si souvent montré les limites de leur compétence (que l’on se souvienne de Claude Allègre qui, lui, est allé jusqu’à manipuler des données mises à jour par ses collègues scientifiques), quand trivialement ils n’étaient pas directement intéressés par les conclusions qui leur étaient demandées, que plus personne ne croit en leur travail.

 

Une réflexion faite sur le blog de nos amis de lutte : l'opposition...la gauche pour Sarreguemines...Merci pour ce commentaire, o combien juste!

http://la-gauche-pour-sarreguemines.over-blog.com/article-direct-energie-en-campagne-69317538.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article