HAMBREGIE : RIEN N'EST FAIT...

Publié le par ADPSE

CONFERENCE DE PRESSE DU 15 NOVEMBRE 2010 :

Un collectif d'organisations politiques, associatives, d'élus, de citoyens partagent et appuient la démarche de l' ADPSE contre l'implantation d'une centrale au gaz à Hambach....

 

 MOTIONParti Socialiste, Parti de Gauche, Parti Communiste Français, Europe Ecologie, Nouveau Parti Anticapitaliste, Modem…

                         MOTION 

Ensemble nous réaffirmons notre opposition à Hambrégie et appelons la population à amplifier la mobilisation pour mettre en échec ce projet

 

Centrale de Hambach : où en est-on ?
RIEN N’EST FAIT…

 

 

 

Mettons tout d’abord fin à ce déni de démocratie

L’opacité et le manque de transparence dans lesquels ce dossier a été ‘orienté’ le discrédite totalement vis-à-vis des préoccupations exprimées par les populations qui ont été écartées et méprisées. Rappel :

- huit conseils municipaux sur onze ont dit non au projet.

- un avis très défavorable du commissaire enquêteur.

- une sévère mise en garde de la quasi-totalité des médecins du secteur.

- une forte mobilisation citoyenne autour de l’ADPSE

- un avis défavorable de la Région Lorraine

Le bon sens aurait voulu que le préfet en tire les conséquences et renonce au projet, mais c’est le contraire qui s’est produit.

 

Une ZAC à tout prix…

La CASC a elle engagé une course de vitesse pour faire croire que le projet serait irréversible en engageant des fonds publics (coût de l’Europôle 2 : 52 millions d’Euro) pour le démarrage des travaux sur la zone, alors qu’elle n’a pas d’autre client que Direct Energie et que les autres zones déjà opérationnelles affichent encore des dizaines d’hectares de places vides.

C’est irresponsable alors que de multiples recours en justice sont engagés par l’ADPSE, la commune de Herbitzheim, la commune de Sarralbe, ainsi que des particuliers.

Méthode Coué ou zèle exacerbé ?

Nous exigeons qu’aucun denier public ne soit investi dans cette aventure avant que la justice n’ait tranché.

 

Les mensonges sur l’emploi

Les partisans de cette centrale font état des conséquences positives sur l’emploi. Qu’en est-il réellement ?

40 emplois annoncés pour l’exploitation (chiffrage très optimiste pour ce type d’installation), avec quel statut ?... dans quelles conditions ? Quant aux emplois temporaires liés au chantier, qui en profitera ? Les multinationales du BTP qui viennent avec leurs propres équipes et réduisent par conséquent les retombées pour les entreprises et l’emploi local.

40 hectares pour 40 emplois ! C’est cadeau ?!!!

Quelle autre entreprise peut prétendre à 1 hectare de zone industrielle par emploi créé ?

Et après les années d’exonération annoncées sur les taxes locales : combien de temps faudra-t-il pour amortir l’argent public englouti dans ce projet ?

 

Un projet inutile et d’une autre époque

Un développement anarchique de ce type de centrales (plus de 30 projets sur le plan national) se fera au détriment des énergies renouvelables alors que nous devons préparer l’après pétrole. Cela passe par une politique énergétique maîtrisée, au nom de l’intérêt général. Celle-ci doit être soucieuse de la diversité dans l’approvisionnement, donc de sécurité, d’indépendance, et prendre le contre pied des directives européennes et des politiques libérales suivies actuellement.

La multiplication de projets de centrales au gaz par des opérateurs privés vise avant tout à casser le service public de l’électricité, en créant un marché générant des dividendes juteux au seul profit des actionnaires. Les populations et usagers en subiront les conséquences sur leur environnement et leur facture de gaz et d’électricité.

Nous dénonçons cette logique de privatisation de l’intérêt général et demandons le maintien de la maîtrise publique des questions énergétiques.

Nos partis militent pour une croissance durable et respectueuse de l’environnement.

Le Conseil Régional de Lorraine ayant choisi la voie du développement durable, désapprouve ce projet.



La santé et l’environnement mis à mal

Le gigantisme de cette centrale aura des conséquences désastreuses sur l’environnement en termes de rejets nocifs dans l’atmosphère et dans les eaux de la Sarre où vont s’additionner les autres rejets comme ceux de l’industrie chimique de Sarralbe. Il faut rappeler que dans notre bassin la mortalité liée aux effets des polluants est déjà supérieure à la moyenne nationale, pourquoi vouloir en rajouter ?

Dans le doute, le principe de précaution doit s’appliquer.

Renoncer à ce projet c’est préserver notre cadre de vie et l’attractivité de notre territoire.

 

Pourquoi tant d’acharnement ?

La présence de plusieurs proches du pouvoir élyséen dans le capital de Direct Energie et le lobbying forcené de quelques élus locaux, ont-ils eu une quelconque influence dans cette décision préfectorale ?

L’intérêt général ne peut être ainsi bafoué pour quelques intérêts individuels.

 

Heureusement, la bataille n’est pas terminée…

Nous appelons la population à appuyer les recours juridiques et à s’inscrire davantage encore dans toutes les démarches et initiatives pour mettre en échec le projet inutile de centrale au gaz de Direct Energie à Hambach.

Chaque citoyen peut prendre part à cette démarche à quelque niveau que ce soit, en aidant par exemple l’ADPSE à financer les recours juridiques nécessaires (http://centralethermiquehambach.over-blog.fr/). Nous rappelons que cette association est constituée de bénévoles qui après avoir consacré une année à informer et mobiliser afin de trouver une issue démocratique à ce dossier empoisonné, sont maintenant dans l’obligation de continuer le combat sur le plan juridique. Et cela a un coût…

Adresse pour envoyer vos dons : ADPSE 3 rue Roth 57200 Sarreguemines.

 

Un projet ne doit pas se faire contre une population. Reprenons notre droit élémentaire de citoyen et disons : NON A HAMBREGIE


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article