Le WWF et Pro Natura font recours contre la centrale à gaz de Chavalon en Suisse

Publié le par ADPSE

Le WWF et Pro Natura font recours contre la centrale à gaz de Chavalon en Suisse 15/10/2009 10:34 (Par Jean-Charles BATENBAUM)

Le WWF et Pro Natura font recours contre la centrale à gaz de Chavalon en Suisse. Pro Natura et le WWF Suisse font recours contre l’autorisation de construire une centrale à gaz à Chavalon, une centrale à gaz qui émettrait environ 750.000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

Pro Natura et le WWF Suisse font recours contre l’autorisation de construire une centrale à gaz à Chavalon. Non seulement la commune de Vouvry (VS) n’a pas respecté la procédure, mais elle a surtout pris une décision contraire aux intérêts climatique et locaux.

 

La commune de Vouvry en Suisse a délivré le permis de construire une centrale thermique à cycle combiné alimentée au gaz à Chavalon le 14 septembre 2009. Pro Natura et le WWF viennent de déposer, le 14 octobre, un recours contre cette autorisation de construire.

 

Le permis de construire de la centrale est illégal, car le site prévu pour la construction est inapproprié en raison de son éloignement des habitations, ce qui empêche toute récupération de chaleur. Ce projet nécessite en outre une coordination avec les décisions permettant la construction d’un gazoduc et d’une nouvelle ligne à très haute tension. Enfin, il n’apporte aucune réponse à la compensation des émissions de CO2.

 

Le WWF et Pro Natura font recours contre la centrale à gaz de Chavalon en Suisse Pro Natura et le WWF Suisse font recours contre l’autorisation de construire une centrale à gaz à Chavalon, une centrale à gaz qui émettrait environ 750.000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

 

Selon le WWF et Pro Natura, la mise en service de cette centrale à gaz émettrait environ 750.000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère, ce qui correspond aux émissions des habitants de la ville de Sion pendant 4 ans, alors que la Suisse s’est engagée à réduire fortement ses émissions de gaz à effet de serre, dans le cadre de l’accord de Kyoto ainsi que par la loi sur le CO2 de 2000. La centrale de Chavalon générerait en outre l’émission de grosses quantités d’ammoniac et d’oxydes d’azote, dans une région déjà très marquée par la présence industrielle (entre autres une raffinerie et un site chimique).

 

Chablair, association des habitants du Chablais, se soucie de maintenir un environnement propice à une bonne qualité de vie chez eux. Elle est consternée que la santé de la population soit ainsi ignorée et soutient donc la démarche des organisations environnementales.

 

Les organisations environnementales sont opposées aux centrales à gaz. Cette orientation se trouve confirmée par la toute récente déclaration de la Commission de l’énergie du Conseil des Etats qui a conclu que, jusqu’à 2025 au moins, la Suisse n’avait pas besoin de nouvelles grandes centrales.

 

La solution passe par la promotion active des mesures d’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. D’autant qu’elles généreraient plus d’emplois que ne le ferait l’usine à gaz de Chavalon et contribueraient à l’indépendance énergétique de la Suisse.




Commenter cet article