Le préfet de Moselle donnera sa réponse à 11heures !

Publié le par ADPSE

 

 

Il y exactement un an, le 25 juin 2009, nous manifestions contre Hambregie, contre ce monstre voulu par nos dirigeants... 


10JUILLET20092.jpg

CItoyens de notre région,

pour de l'argent, on a programmé  :

Hambregie...


Les médecins de notre région se sont mobilisés (pas les experts payés de la CASC!) pour crier leur vérité professionnelle, pour supplier les autorités d'arrêter leur massacre de l'environnement et de la santé des citoyens.


Des manifestations nombreuses et variées de gens responsables, des élus des différentes communes concernées ont ensuite crié leur refus.


Le préfet de Moselle tranchera
ce matin 25 Juin à 11 heures...

si le oui l'emporte, c'est un déni de démocratie,

...


Lisez ce rapport fait par les médecins de notre région et transmis le 2 Juin dernier aux membres du CODERST et donc au préfet de Moselle.


Le préfet ne pourra pas dire qu'il ne savait pas....

 

& Les citoyens de notre région sauront quoi faire !

 

 Lisez ce rapport médical édifiant...

 

 


Commenter cet article

O. BOUL 25/06/2010 09:14



Mon commentaire sera le mail que j'ai envoyé au Préfet  :






Date : 15/06/2010 16:20:04


A : bernard.niquet@moselle.pref.gouv.fr


Sujet : Hambrégie



 



 


 


Monsieur le Préfet ,


 


 


Comme nombre d'habitants de Moselle Est , je participe parfois à des manifestations très contenues et dignes contre la Centrale , afin de préserver notre santé ou ce qu ' il en reste , celle de
nos enfants , de nos petits enfants et de nos concitoyens.


 


Depuis 2005 , je suis atteint d'un cancer dû à l' environnement pourri dans lequel nous vivons. Actuellement ,  je suis en rémission mais au prix de quelles souffrances !


 


J'ai eu lors de ces manifestations , l'occasion de rencontrer des personnes atteintes du même mal que moi.


Aujourd'hui nous nous posons la question suivante : "notre Préfet ,  s ' il devait donner, dans les jours à venir, son accord pour l 'exploitation de cette funeste centrale , ne
signera-t-il pas également notre condamnation à une mort prématurée ? ".


 


Quel cas de conscience !  A votre bon coeur Monsieur le Préfet.


 


Veuillez agréer , Monsieur le Préfet , ...  O. BOUL