LE CODERST A DIT OUI POUR HAMBREGIE : INACCEPTABLE, REVOLTANT : TOUTE UNE POPULATION CIVILE FLOUEE, 8 CONSEILS MUNICIPAUX SUR 11 AVAIENT VOTÉ CONTRE... LE RUBICON EST MAINTENANT FRANCHI...

Publié le par ADPSE

Communiqué de l’ADPSE suite à l’avis favorable émis par le CODERST :

 electromagn-tismes.jpg

L’ADPSE n’est pas surprise par l’issue de ce vote. Lors de l’échange avec les intervenants de l’ADPSE, certains membres du CODERST avaient anticipé leur position en tentant de rassurer sur le fait qu’ils avaient tenu compte des éléments soulevés par l’ADPSE, et qu’ils avaient imposé des mesures et des dispositifs plus contraignants au pétitionnaire Hambregie.

 

Certains services administratifs siégeant au sein de ce comité (donc juge et partie) n’ont sans doute pas souhaité reconnaître le fait qu’ils aient pu commettre des erreurs ou être parfois condescendants voire laxistes dans leurs avis initiaux.

Comment peut-on valider un tel projet, sans relevés d’air initiaux réalisés sur site ? Comment peut-on se contenter de pitoyables «mesurettes » telles que des contrôles de bruit et d’air après l’installation de la centrale ? Comment peut-on valider un niveau sonore plus que doublé pour les riverains ? Comment peut-on sacrifier la Sarre en se basant sur des débits moyens alors que cette centrale serait censée fonctionner lors des pics de consommation, c'est-à-dire majoritairement lorsque le débit est au plus bas ? Que dire du dédain réservé au récit des pathologies liées à l’environnement dont souffrent déjà les habitants de cette région ?

Que penser encore de la prestation du Dr Brousse, présenté l’été dernier à Sarreguemines par la CASC comme un « expert scientifique indépendant » (voir RL du 12.07.09) et payé à ce titre avec l’argent du contribuable pour réaliser une contre-étude des dossiers de Direct Energie, venu hier avec ces derniers défendre le projet devant le Coderst ? Un titre usurpé sur toute la ligne donc, ce monsieur n’ayant pas de titre de toxicologue, n’étant reconnu par aucun tribunal en tant qu’expert n’est visiblement pas indépendant non plus !

 

Qui pensent-ils convaincre ? Va-t-on démonter cette centrale si les sondes révèlent plus de bruit ou de substances toxiques que prévu ? Va-t-on réellement en arrêter le fonctionnement lorsque le débit de la Sarre sera en dessous de la moyenne ?

 

Beaucoup de questions resteront sans réponse.

 

Tous ces débats n’auraient pas eu lieu d’être si une concertation avait eu lieu avant le projet. Car au stade actuel d’instruction de ce dossier, on ne veut plus que mettre des « rustines » pour finaliser au plus vite ce projet, et surtout permettre de déresponsabiliser leurs auteurs tout en calmant les citoyens trop curieux.

 

Si le préfet, qui est maintenant le dernier décideur, ne souhaite pas non plus casser ce « système », nous engagerons des recours devant le tribunal administratif et la commission européenne.

 

Nous sommes résolus à aller jusqu'au bout de notre démarche en attaquant ce dossier très lourd traité avec trop de légèreté. 


Tous les moyens amiables ont été épuisés,

les actions citoyennes vont suivre et se multiplier,

 

à commencer


par le vendredi 4 juin à 17H

sur le rond point de l’autoroute.


VENEZ TOUS, VENEZ DE TOUS LES VILLAGES,

DITES LE  À TOUS AUTOUR DE VOUS

CE MEPRIS NE SERA PLUS ACCEPTÉ.

 

 

 

Publié dans Les résultats

Commenter cet article