La production d'éléctricité à l'horizon 2020

Publié le par ADPSE

A ce jour, la capacité maximale de production française est de 117,66 Gw

  • 63,3 Gw Nucléaire
  • 25,4 Gw hydraulique
  • 24,6 Gw Thermique
  • 4,3 Gw Energies renouvelables


La France exporte, en moyenne, 9,36 Gw et en importe 4 Gw. Soit un solde positif de 5,36 Gw.

On exporte de l'électricité nucléaire pour importer du thermique !

En retirant l'exportation il reste 107,66 Gw en pointe pour nos besoins. Sachant qu'environ 10 Gw de centrales nucléaires sont à l'arrêt en ce moment, il nous reste donc 97,66 Gw. Pas étonnant qu'on s'affole. Il suffit, soit de moins exporter et surtout de faire en sorte que les centrales nucléaires soient opérationnelles en hiver pour éviter une prolifération de centrales thermiques, qui ne seront là que pour exporter encore plus et pour nous polluer encore plus.



La production moyenne journalière sur l'année 2008 est de 62,7 Gw, soit presque l'équivalent du parc nucléaire français.

Il n'est donc vraiment pas nécessaire d'accroître les moyens de production thermique. Surtout avec le démarrage de Flamanville qui va ajouter quelques 1,6 Gw en 2013. Ce qui fera passer la base à presque 65 Gw.


Le Grenelle de l'environnement précise qu’il faut 20% de production d'électricité par les énergies renouvelables et diminuer de 20% la consommation d’ici 2020.


Deux hypothèses :

1) En admettant une croissance annuelle de consommation de 1,3% au lieu de diminuer de 20% cette consommation à l'horizon 2020.

D'ici 2020 la production d'électricité devrait être de 641 Twh au lieu de 549 Twh actuellement. Ceci donne une production journalière annuelle de 73,2 Gw. Soit une augmentation de 10,5 Gw par rapport à 2008.

Les énergies renouvelables devront représenter 20%  de la production totale d'électricité. En prenant 65 Gw de nucléaire et en gardant 24,6 Gw de thermique (ce qui suppose qu’on ne développe pas le parc thermique) ceci représentera 80% de la production d'électricité. Nous obtenons donc 22,4 Gw d'énergies renouvelables. Ceci représente une progression de 18,1 Gw, ce qui est largement supérieur aux 10,5 Gw nécessaire en 2020.


Nous pourrions nous passer de 7,6 Gw de centrales thermiques soit 17 cycles combinés au gaz.

2) En admettant une diminution de la consommation d’énergie primaire de 20% à l’horizon 2020.

D'ici 2020 la production d'électricité devrait être de 439 Twh au lieu de 549 Twh actuellement. Ceci donne une production journalière annuelle de 50,1 Gw. Soit une diminution de 12,7 Gw par rapport à 2008.

Les énergies renouvelables devront représenter 20%  de la production totale d'électricité. Le calcul est un peu différent, vu qu’on diminue la production et en même temps on augmente la part d’énergies renouvelables. Le nucléaire reste à 65 Gw, nous diminuons le thermique à 15 Gw.
Cela représente 80 Gw (soit 80% de la production). Il reste donc 20 Gw pour les énergies renouvelables (20% de l’énergie primaire). Nous aurions donc une capacité de production, rien qu’avec le nucléaire, de 65 Gw en moyenne, ce qui est supérieur aux 50,1 Gw nécessaires. Il faut y ajouter les 6 Gw de production hydraulique, ce qui donne 71 Gw de production de base.
Le thermique, en pointe pourra apporter 15 Gw et l’hydraulique en pointe pourra également ajouter 19 Gw. Rien qu’avec cela, nous aurions une production, en pointe, de 105 Gw.

Et vous aurez remarqué que nous n’avons pas utilisé toute l’énergie renouvelable. Il reste encore 14 Gw de renouvelables. Soit une production en pointe de 119 Gw. Ce qui est plus que nécessaire dans ce cas.

15 Gw de centrales thermiques, c’est 9,6 Gw de moins qu’actuellement. Soit l’équivalent de 22 cycles combinés au gaz en moins.

Et si on se passait des centrales thermiques ?

Nous diminuons encore de 15 Gw la production. La capacité de production maximale serait donc de 104,4 Gw. 65 Gw de nucléaire, 20 Gw d’énergie renouvelables (avec une capacité de 19,4 Gw de pointe avec l’hydraulique). Ce qui serait largement suffisant dans l’hypothèse de diminution de 20% d’énergie primaire.

Dans ce cas ce sont une partie des énergies renouvelables qui seraient utilisées pour les pics de consommation. Nous pourrions toujours exporter notre électricité, vu que nous en fabriquerions plus que nécessaire.


Vous aurez constaté, qu’il n’y a même plus besoin de centrales thermiques !
Faut-il être encore plus clair ?
C.Q.F.D. : Il faut diminuer le nombre de centrales thermiques et non en ajouter !!!


 

Publié dans La vérité avant tout

Commenter cet article