L'argent de la RTE va-t-il inciter les maires à accepter 'facilement' la construction des lignes THT dans notre région? L'argent passerait-il avant la santé des gens?

Publié le par ADPSE

Appel aux maires et aux conseillers municipaux du secteur 'touché' par la centrale thermique Hambregie et le passage des lignes THT!

 

 

Ligne THT : 20 millions d’euros pour calmer les maires...

 

question2.jpgRTE tente un nouveau passage en force pour imposer l
a construction de la future ligne THT, au mépris de la santé des habitants.

Après le bâton, la carotte.ARGENT.jpg Face à la fronde des communes appelées à être traversées par la future ligne THT “Cotentin-Maine”, RTE, soutenue par le gouvernement, emploie alternativement méthode forte et méthode douce. La première a consisté à saisir le tribunal administratif en lui demandant d’annuler les arrêtés anti-THT pris par les maires, justifiés par les risques que la ligne implique pour la santé des habitants. La seconde se concrétise par la mise en ½uvre du “plan d’accompagnement de projet” (PAP), une mesure prévue par la loi et qui porte sur l’attribution cette fois d’une somme de 20 millions d’euros en faveur des communes traversées par la ligne.

6,6 millions d’euros pour la Manche

L’argent que recevra chacune d’elles pour financer des projets d’intérêt collectif est fonction de la longueur de ligne qu’elle accueille. Les 44 communes de la Manche concernées pourraient ainsi recevoir 6,6 millions d’euros, les 14 de la Mayenne 4,35 millions d’euros, les cinq d’Ille et Vilaine 800 000 euros, enfin la seule commune du Calvados 200 000 euros. Le restant, 8 millions d’euros, ira prioritairement aux communautés de communes concernées par le tracé.
Étonnamment, la première réunion du comité de pilotage de ce plan s’est tenue dès le 16 décembre dernier, alors même que n’est toujours pas connue la date du début de l’enquête publique. Mieux, il est déjà prévu que ce comité se réunisse en avril, juillet et octobre prochains. Cerise sur cet appétissant gâteau : les fonds du PAP seront libérés dès le début du chantier de construction de la ligne et non après, contrairement à ce qui s’est fait jusqu’à présent.

Est-ce légal ?

Il ne faudrait pas seulement voir dans ce tempo accéléré une volonté de calmer les maires récalcitrants, ni leur population, en prévision du moment où ils devront donner leur avis lors de l’enquête publique. Pour RTE et le Gouvernement qui la soutient, c’est surtout qu’il n’y a plus de temps à perdre, ce qui en dit long sur la portée qu’aura la future enquête publique, même si elle n’a qu’une valeur consultative.
Ces derniers développements du projet “Cotentin-Maine” laissent perplexes le collectif des maires qui ont pris des arrêtés anti-THT. Par la voix de Jean-Claude Bossard, son coordinateur interrégional, il s’interroge sur la légalité du procédé faisant passer le Plan d’accompagnement avant l’enquête publique. Ces maires, par ailleurs, entreprennent maintenant d’élaborer un projet commun définissant leur attitude en matière de protection de la santé.
A ce propos, ils constatent qu’en Ille et Vilaine, le député Pierre Méhaignerie, vice-président de l’UMP, a l’intention de déposer une proposition de loi qui permettrait la création de couloirs sanitaires de sécurité là où passe une ligne THT. L’ancien ministre a demandé à un avocat spécialisé d’aider les riverains dans leurs démarches au moment de l’enquête publique. Toujours en Ille et Vilaine, Guillaume Garot, député maire (PS) de Laval a écrit le 8 décembre dernier une lettre à Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État à l’écologie, pour lui demander l’affectation de crédits à une étude mesurant les effets de la THT sur la santé. Une demande qui fait aussi l’objet d’une pétition lancée en direction des élus des quatre départements concernés par la ligne à très haute tension Cotentin-Maine. Seront-ils entendus ? On l’espère. Mais Mme Kosciusko-Morizet, présente à Laval le 18 décembre, continue d’affirmer contre vents et marées que “rien véritablement n’a été prouvé sur un impact sanitaire” des lignes THT. Face à ce parti pris, le collectif des maires animé par Jean-Claude Bossard va recueillir les témoignages des riverains de l’actuelle ligne THT qui rencontrent des problèmes sanitaires, avant de proposer des actions pour y répondre.

Fabrice Constensoux, extrait de la "Manche Libre"

Commenter cet article