HERBITZHEIM : une MOTION contre la centrale électrique à Hambach et contre la privatisation de EDF...

Publié le par ADPSE

 

Des élus continuent de se mobiliser contre la centrale                                                                     Imitant l'exemple de certains élus de Sarreguemines, le conseil municipal de Herbitzheim a voté à l'unanimité une motion contre la centrale électrique à Hambach et contre la privatisation de EDF.

 

MOTION

 

La population s’est mobilisée par milliers, à plusieurs reprises en 2009, dans les manifestations appelées par l’ADPSE, contre l’implantation de la centrale électrique privée à Hambach.

 

Le préfet a pourtant signé son accord avec cette implantation.

 

Aucune raison ne justifie la construction de cette centrale si ce n’est la décision européenne de privatiser les services publics et l’énergie (dans sa fabrication comme dans son accès).

 

A la réunion publique organisée le 12 août à Holving, la présence d'une centaine de personnes et le débat ont montré que la résistance de la population persiste. La discussion a porté sur la poursuite de l’action engagée et son élargissement.

Le rôle des élus a été réaffirmé.

L’adjoint d’une commune a expliqué le manque d’information des communes. Son conseil, par exemple, sollicité pour décider du parcours de la ligne très haute tension résultant de la centrale, ne l’a jamais été sur le bien fondé de son implantation.

Or, la présence d’une telle centrale concernerait de nombreuses communes, bien au-delà de la CASC de Sarreguemines par la pollution de l’air et celle des sols où passeraient les lignes à THT.

Plusieursconseillers ou habitants de ces communes proposaient que les élus s’adressent au préfet pour qu’il retire sa signature.

Nous élus de Herbitzheim apportons à ces questions la réponse suivante :

 

1) Nous réaffirmons notre attachement au service public et notre opposition à la privatisation de EDF.

 

  1. Nous condamnons le déni de démocratie que représente sa mise en œuvre, avec la volonté de l’Etat d’implanter coûte que coûte, dans notre environnement, une centrale électrique à gaz malgré le refus massif de la population et d'élus.

Nous dénonçons le coût (devis de 25 millions d' €) prévu sur les finances publiques de la construction de la plate-forme accueillant cette centrale privée.

 

  1. Outre les conséquences pécuniaires de la privatisation sur chacun de nos concitoyens (augmentations des tarifs, inégalité d’accès etc..), la construction de cette centrale à gaz menace gravement leur santé.

Nous avons relevé que :

- 102 médecins sur 117 de Sarreguemines avaient exprimé leur préoccupation devant ce projet,

- selon des statistiques, le nombre des cancers a augmenté de 1980 à 2005 de 93% dans tout le pays et de 104 % en Moselle. Le rôle des pollutions est reconnu.

- la ligne THT (très haute tension), d’une longueur inhabituelle (15 km) traverserait des forêts, nécessiterait coupes et chemins d’accès, entraînerait un réchauffement anormal du sol.

- la législation sur l’exposition aux champs de THT est nettement insuffisante : elle limite à 100 Mt (microtesla) les expositions de courtes durées. Aucune loi ne donne de limitation pour l’exposition permanente. Pourtant, une recommandation précise qu’il ne faut pas dépasser 0,4 Mt pour les enfants …

- la pollution de l’air s’ajouterait à celle produite par la centrale de St-Avold et dont nos communes « profitent » déjà par vent d’ouest.

 

  1. En conséquence, nous élus, demandons aux représentants politiques de s’adresser au préfet pour qu’il retire sa signature et en cas de refus, d'organiser la montée auprès du ministre et du président de la République.

Nous mettons particulièrement en garde les élus du conseil régional et départemental pour qu’aucun euro public ne soit versé à l’implantation de la centrale.

 

5) Pour notre part, prenant nos responsabilités, nous communiquons à M. le Préfet notre insistance pour qu’il retire sa signature. Nous sommes prêts à aller en préfecture, voire même au-delà, pour appuyer cette demande.

Publié dans Les actions

Commenter cet article