Ailleurs en France, un député se bat pour un environnement sain et pour une énergie renouvelable...

Publié le par ADPSE

Le député Marc LE FUR a saisi Jean-Louis BORLOO, Ministre de l’écologie, du développement et de l’aménagement durable, au sujet du projet de centrale de production électrique de PLOUFRAGAN.
 
 
Pour le député des Côtes d’Armor, ce projet appelle plusieurs réflexions « au regard du « Grenelle de l’Environnement »
  1. Le gaz naturel et le fioul sont des énergies fossiles non renouvelables. Elles doivent être économisées, ne doivent pas être utilisées quand des techniques alternatives existent. Faut-il gaspiller du gaz et du fioul pour produire de l’électricité alors que d’autres méthodes existent ?
  2. La combustion du gaz naturel et du fioul est à la source d’une importante production de CO2 dont nous connaissons les conséquences sur l’effet de serre. L’Etat français s’est engagé pour réduire la production de gaz à effet de serre dans le cadre des accords de Kyoto et du Grenelle de l’environnement. Pourquoi produire du CO2 alors que des méthodes produisant moins de CO2 existent ?
  3. Le projet « France pointe » devra produire 200 mégawatts d’électricité alors que seuls 80 mégawatts sont nécessaires. Le reste de la production fera donc l’objet d’une commercialisation très conventionnelle. Pourquoi surdimensionner le projet « France Pointe » alors qu’il utilise des combustibles rares et producteurs de C02 ?
  4. Nos concitoyens font des efforts importants pour faire des économies d’énergie et pour lancer des projets de production d’énergie renouvelable. Plus de 35 mats éoliens ont été construits dans ma circonscription depuis 2002. Pourquoi la collectivité leur donnerait-elle l’exemple inverse de ce qu’elle promeut. 80 Mégawatts ne représentent aujourd’hui que 40 mats éoliens. »
 
 
Pour ces quatre raisons, Marc LE FUR souhaite que les besoins d’électricité de la Bretagne soient pris en compte avec d’autres méthodes de production que celle mise en œuvre dans le projet de centrale électrique de PLOUFRAGAN. « Si nous voulons que l’Etat soit crédible dans la démarche du « Grenelle de l’environnement », nous ne pouvons pas accepter le principe de cette usine de production électrique. » conclut le DéputéSi nous voulons que l’Etat soit crédible dans la démarche du « Grenelle de l’environnement », nous ne pouvons pas accepter le principe de cette usine de production électrique. » conclut le Député

Commenter cet article

Jean Mayer 12/12/2009 21:08


une sacré pierre dans le jardin de Céleste Lett, quand on connait sa poroximité de vue avec le député Le Fur, en particulier sur l'ouverture des magasins le dimanche (http://www.marclefur.com/article-24957141.html), et la défense des langues régionales (http://www.marclefur.com/article-21127016-6.html )