SAUVONS LE MARAIS DE HAMBACH

Publié le par ADPSE

LE MARAIS DE HAMBACH

1) Le site

  • Superficie : 59,33 ha d’après la DIREN ( Direction Régionale de l’Environnement ).

  • Classé ZNIEFF ( Zone Naturelle d’ Intérêt Ecologique Faunistisque et Floristique ) de type I, ce qui veut dire que cette zone abrite obligatoirement au moins une espèce ou habitat caractéristique, remarquable ou rare, justifiant ce périmètre.

Le site retenu pour la centrale se situe dans cette ZNIEFF si l’on se réfère à la carte de l’étude de l’impact CASC- ECOLOR. ( dossier I de Direct Energie )


 

2) Recensement des espèces protégées

L’UICN ( Union Internationale pour la Conservation de la Nature ) et le Muséum National d’ Histoire Naturelle se sont associés pour la réalisation d’une liste rouge des espèces menacées en France. Cette liste rouge de l’IUCN est reconnue comme l’outil le plus fiable au niveau mondial pour évaluer le risque d’extinction des espèces.

La France s’est engagée, dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique, à stopper l’érosion de la biodiversité sur son territoire d’ici 2010.

 

3) La faune et la flore du marais

 Sur le site, on note la présence du crapaud sonneur, de la salamandre tachetée et du triton alpestre dans les mares.

Le lézard des souches, l’orvet fragile, la couleuvre à collier habitent dans les zones humides, chacune de ces espèces figure sur la liste rouge des batraciens et des reptiles menacés en France.

 Dans cette zone humide du marais, les prairies naturelles sont riches en flore, on y trouve l’orchis brûlé qui est une plante protégée en Lorraine ainsi que la grande sanguisorbe, espèce remarquable qui sert de nourriture au petit papillon habitant lui aussi sur le site, l’Azuré des paluds qui est protégé et taxé d’intérêt communautaire.

Dans les friches marécageuses de Benzerichgraben, le muscardin, petit rongeur protégé et inscrit en annexe IV de la Directive Habitats, a élu domicile.

 

4) L’avifaune

L’étude d’impact sur l’environnement ( p. 36 dans le dossier I ) signale que « douze espèces d’oiseaux ont été contactées dans et autour de la future ZAC, considérées comme vulnérables, en déclin ou encore à surveiller à l’échelle européenne, nationale et /ou en Lorraine ».

Les espèces citées : Pie Grièche Ecorcheur, Bondrée Apivore, Milan Noir, Gobemouche Gris, Pic Mar ou Tarier des Près sont toutes des espèces inscrites sur la fameuse liste rouge.

A proximité, le secteur de la vallée du ruisseau de Benzerichgraben apparaît le plus remarquable pour les oiseaux, le secteur permet la présence des passereaux palludicoles : locustelle tachetée, rousserolle verderolle. Le ruisseau et ses fossés affluents tiennent lieu de corridor biologique.

P. 39 de l’étude d’impact faite pour Direct Energie, on peut lire que «  le site d’implantation de la centrale est directement concerné par la présence de la Pie Grièche Ecorcheur ».

Dans le forêt toute proche de Herbitzheim, à moins d’1 km, niche un couple de milans royaux classés espèce vulnérable sur la liste rouge des espèces menacées en France et en Europe. Le plan national de restauration ( 2003 - 2007 ) avait pour but l’arrêt du déclin des effectifs français et la restauration des populations en mettant en place des mesures favorables à la population nicheuse.

De plus, de nombreux chiroptères ( chauve- souris ) sont présents sur ce site et sont également espèces protégées.

 

5 ) Les différentes protections

  • La liste rouge de l’UICN

  • La Convention de Berne, signée en 1982 et entrée en vigueur en 1989, elle donne lieu à une coopération entre les états européens pour préserver les espèces sauvages et leur habitat naturel. De par cette convention, les pays signataires doivent inclure dans leurs politiques d’aménagement et de l’environnement des mesures de conservation de la faune et de la flore sauvage dans des zones spéciales de conservation ( ZSC ).

  • La Directive Européenne « Habitats, Faune, Flore » : cette directive européenne du 21 mai 1992 a pour objectif de préserver les habitats naturels de la faune et de la flore sauvage.

  • La Directive Européenne « Oiseaux » du 2 avril 1979 permet de protéger et de gérer les populations d’oiseaux sauvages ( y compris leurs nids et leurs œufs ) dans l’ensemble du territoire européen. Exemple du Pic Mar inscrit dans les annexes I et II d’oiseaux forestiers et présent sur le site de l’Europôle II. Les états membres ont pout tâche de créer des zones de protection spéciale ( ZPS ).

  • Le réseau Natura 2000 : le réseau englobe les zones spéciales de conservation ( ZSC ) et les zones de protection spéciale ( ZPS ).

  • Les arrêtés ministériels.

  • Les arrêtés préfectoraux.

  •  

6) Impact de la centrale sur la faune et la flore du marais de Hambach

L’étude d’impact sur l’environnement précise que « les descriptions du milieu naturel qui suivent sont à mettre en relation avec l’interférence que pourrait avoir la centrale Hambrégie sur le fonctionnement des milieux, sur le déplacement et modes de vie de certaines espèces vivant aux alentours du site d’implantation, sur les espaces naturels concernés par les canalisations et par le site de pompage- rejet.

La plate- forme d’implantation de la centrale ne sera plus un espace naturel quand elle sera investie par l’industriel ».

Il faut savoir que l’entomofaune est très sensible à la fragmentation des milieux et à la coupure des déplacements. En zone humide, les petites espèces à faible capacité de vol sont sensibles à la coupure des corridors biologiques constitués par les cours d’eau et les prairies humides.

Dans le cas du marais de Hambach, faune et flore sont menacées par l’assèchement des zones humides, le comblement des mares ainsi que par la pollution des milieux aquatiques.

 

CONCLUSION

Comment peut- on préserver les espèces protégées et menacées lorsque l’on sait que la centrale Hambrégie fonctionnant au gaz et produisant 2 604 640 tonnes par an de CO2 se situerait à la troisième place des émissions de CO2 de Lorraine ?

Quels seront les effets des émissions de gaz à effet de serre quand on sait que Hambrégie augmenterait de 12 % les émissions de ce gaz en Lorraine ? Et de 2% par an les émissions en France ?

Hambrégie annulerait à elle seule les objectifs du Plan Climat !

Comment protéger faune, flore et avifaune de l’air, de l’eau et de la terre irrémédiablement pollués ?

 

Marie Laure MEYER, non experte en faune, flore et avifaune mais ayant lu les classeurs de Direct Energie, les cris d’alarme de la LPO Alsace et d’Alsace Nature Bas- Rhin ainsi que de nombreux documents trouvés sur des sites gouvernementaux.

Publié dans La vérité avant tout

Commenter cet article