« Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois » : certains élus nous font de plus en plus peur !

Publié le par ADPSE


« Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois »


Décidément certains élus nous font de plus en plus peur !

Et leurs experts encore plus !

Après ceux de Direct Energie, voici ceux de Paris.

Et demain, ils viendront d’où ?


Salle polyvalente Hambach - samedi 11 juillet - 10h. Réunion d’information pour les élus des communes de Neufgrange, Woustviller, Willerwald et Hambach à l’initiative du Maire de Hambach, du Député Lett, et Monsieur Roth, Président de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines – Confluences. Remarque : pourquoi avoir exclu les « mauvais élèves de la classe », c’est à dire les Communes qui ont voté contre le projet ? Comme Sarralbe par exemple.


Initialement « réservée » aux élus est finalement « accessible » à une douzaine d’ « opposants » dont les Docteurs Sadok et Schneller qui alertent la population et les autorités sur l’impact négatif de cette centrale sur la santé publique, cette réunion participe plus d’une séquence de communication ciblée - mettre en scène les bons « experts » faisant la leçon à nos méchants médecins locaux ignares et mal intentionnés - que d’une véritable réunion d’information contradictoire faite dans les règles de l’art. Et tout ceci en un huis clos bien orchestré. Heureusement que le RL- encore une fois chevalier servant très dévoué - n’a pas été exclu de la partie. Chacun a compris qu’il n’est ni pour ! ni contre !


Vous aurez tout de même remarqué que dans l’article les contradicteurs cités par le journaliste sont des acteurs « muets et invisibles ».Nous pensons que le Docteur Sadok avait sa place à la tribune comme ses deux collègues parisiens puisqu’il s’agissait d’informer les élus présents. Cette mise en scène trahit l’état d’esprit de leurs organisateurs : dehors les « mal pensants » !


Quelle drôle de façon de présenter la chose : d’un côté les contre et de l’autre les pour. Suffit de poser une question dérangeante pour être classé « contre ». Quelle façon pertinente de « repérer » les « agitateurs ». Sachez – le, honnêtes gens, le journal local Le Républicain Lorrain possède maintenant un détecteur d’« opposants ».


Mais pourquoi le Député Lett et le Président Roth, élus, certes, mais Citoyens comme nous ont-ils snobé la réunion publique d’information et d’échange organisée par le Commissaire - enquêteur ? Ils pouvaient ce soir - là entendre les questions de leurs Concitoyens et poser des questions eux aussi. En faisant comme ils font , ils se positionnent plus en chefs de clan qu’en élus de la République. Leur rôle n’est-il pas d’être les élus de tous les habitants  et de les considérer sur un pied d’égalité ? Le Député Lett a choisi son camp avant que le débat soit clos : il a organisé cette réunion de Hambach pour venir directement en aide à Direct Energie après la « faible prestation » de l’opérateur lors de la réunion publique. Paroles de notre Député. Pourquoi se fourvoyer avec un partenaire aussi « faible » !


Deux Docteurs «  parisiens » présentés comme « experts » en service commandé par la Casc viennent délivrer leurs « lumières ». Pour vous rendre compte de leur état d’esprit. Le Dr Brousse : «  J’en ai rien à foutre que cette centrale se fasse à Hambach ou pas ! Le Dr Martin : «  S’il y a des gens qui vous disent qu’il n’y a pas de risques, passez votre chemin ! » Merci pour le conseil.


Etat d’esprit d’un Conseiller municipal chargé de filtrer les entrées : il refuse l’entrée à un représentant du collectif parce qu ‘il considère que son intervention à la réunion d’information et d’échange organisée par le Commissaire – enquêteur au Centre de Communication de la Smart était inadmissible et honteuse ! Au final, notre ami est autorisé par le Maire – bon prince - à assister à la réunion mais à une condition : il n’aura pas droit à la parole ! Puni et au piquet !


Le Dr Brousse monopolise la parole. Il parle du logiciel au top du top qui permet de simuler le taux de dilution des polluants dans l’air. Conclusion : pas de danger. La centrale ne représente qu’un risque négligeable pour la santé ! Mais menace quand même ! Et le Député Lett dixit le RL commente : «  Faut pas confondre danger et risque ! ». Donneur de leçon ? II devrait consulter entre autre le site Actu-environnement , rubrique Définition de l’ Etude de danger. Parlant de l’Etude de danger, nous citons : « Etude prévue par le décret du 21 septembre 1977 et requise lors du dépôt d’un dossier de demande d’autorisation pour les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). Elle est révisable à tout moment sur demande par le Préfet. Cette étude regroupe des informations qui permettent d’identifier les sources de risque, les scénarios d’accident envisageables et leurs effets sur les personnes et l’environnement. On parle de risque lorsqu’il y a exposition au danger. » Mais qu’est-ce qui lui passe donc par la tête à force de vouloir toujours avoir raison ! Il ne sait même plus faire le lien entre danger et risque !

Nous savons une chose : le danger est pour nous et le risque aussi ! A Hambach , nous vous l’apprenons, nous avons donc une centrale pour la protection de l’environnement. On appelle anti-phrase, une phrase dans laquelle les mots utilisés disent le contraire de leur définition .


Suite du Kaschbeletheater avec la liste des polluants et de la condition de leur nocivité. Y passent le SO2- quand même 384 tonnes par an – les poussières, le bruit…

Mais où donc est passé le NOX , polluant le plus dangereux ? Il a été expulsé de l’exposé ! Voilà un polluant qui ne doit certainement pas polluer la démonstration. L’opération enfumage atteint là son sommet.


Le débat pose la question des seuils à partir desquels les polluants chimiques sont dangereux pour la santé. Il faut aussi ajouter les quantités déjà produites sur le site de Hambach et celles des centaines de milliers de voitures qui passent 365 jours dans l’année sur l’autoroute.


Parlons de ces fameux « seuils » auxquels ces hommes bien savants font allusion. Un processus est dit « à effet de seuil » quand il existe un certain niveau de perturbation -qualifié de seuil - en dessous duquel la conséquence est proportionnelle à la perturbation et au-delà duquel les choses se mettent à évoluer de manière totalement différente. Un bon exemple à effet de seuil est l’élastique : tirons un peu, il s’allonge. Tirons le un peu plus, il s’allongera un peu plus. A chaque effort de traction supplémentaire, il s’allongera encore jusqu’au moment où …il cassera. Nous aurons alors franchi un seuil : une petite perturbation supplémentaire aura engendré un changement d’ampleur et de nature de la conséquence (cassure au lieu de l’allongement). Dans l’exemple choisi, la conséquence ne sera pas réversible : nous ne pourrons pas ressouder l’élastique. Une fois atteints dans notre sang et notre chair nous serons dans la même situation.

  Notre climat est rempli de tels processus à effet de seuil. Compte tenu de l’imprécision de ce que sera notre capacité d’adaptation dans quelques décennies ( ou quelques siècles), de l’appréciation nécessairement arbitraire des experts ( voire le bel exemple des positions opposées de nos « experts » nationaux et internationaux sur les causes du réchauffement climatique – pendant ce temps la banquise continue de fondre) de ce qu’est une conséquence intolérable et de l’inertie des processus en cours, il n’est pas possible de dire à quel moment nous aurons éventuellement « dépassé le seuil de risque intolérable », ni même de dire si nous ne l’avons pas déjà dépassé ! En clair : affirmer aujourd’hui que nous savons bien identifier un seuil de danger c’est s’avancer avec une légèreté irresponsable. Même « les modèles au top du top » ne rendent pas compte de phénomènes plus complexes dus à la chimie de la pollution atmosphérique.Voire sur le Net Encyclopedia of the Athmospheric Environnement – La chimie de la pollution athmosphérique. Vu ainsi les fameuses « normes » actuelles invoquées ont belle mine quand on sait que la tendance est toujours à la baisse au fur et à mesure que l’on « découvre » les effets désastreux sur l’organisme humain.


Souvenons – nous de la polémique sur les effets de l’amiante par exemple. Aujourd’hui les tribunaux reconnaissent son effet cancérigène et condamnent les responsables. Inutile d’allonger la liste des erreurs qui depuis 20 ans ont jalonné notre existence : Tchernobyl, vache folle , sang contaminé, substances cancérigènes rejetées par des incinérateurs, pollution des fleuves… Et tout ceci parce que les normes en vigueur à cette époque « protégeaient » ! Comment appelait-on les « opposants » de l’époque ?


L’Agence française de sécurité sanitaire, de l’environnement et du travail (Afsset) a rendu le 2 juillet un avis et des recommandations sur la question controversée du lien entre cancer et environnement. Elle estime indispensable de compléter l’épidémiologie -principale manière de rendre compte des effets cancérigènes des facteurs environnementaux – par d’autres disciplines  dont l’ « expologie » ou l’étude des expositions à de faibles doses et à des âges sensibles de la vie,notamment in utero et chez les personnes âgées. Entendu Messieurs les experts Brousse et Martin ? ! Au final vous n’êtes que des Docteurs parmi d’autres . Non ?!



Le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) a également publié un document consacré à l’effet conjoint des polluants atmosphériques signé par ZMIROU et DECHENAUX. Les auteurs sont rattachés au CHU - centre alpin recherche épidémiologique prévention sanitaire - de Grenoble. Ici les experts grenoblois soumettent à nos experts parisiens une réflexion qui risque de leur donner la migraine !


Questions posées par la salle.


Et les pluies acides ? Réponse : «  En effet, le mélange vapeur d’eau avec des polluants de cette centrale peut conduire à la formation de pluies acides mais ces pluies n’ont pas d’impact sur la santé humaine. Elles ne font que détruire l’environnement ! » Merci Messieurs les experts pour le cadeau.



Et le NOX ? Pas pris en exemple alors que ses effets sont majeurs. Rappel : il y en aura rien que 1920 tonnes par an. Merci pour l’impasse , Messieurs les experts.


Et la valeur de vos « valeurs » : vos valeurs sont celles de Sarreguemines. Avez – vous les valeurs de Hambach et de Willerwald ? Réponse : NON ! Merci pour la précision des mesures , Messieurs les experts ! Nous vous disons que ce sont des «  scientifiques » ! Des vrais de vrai.


Avez-vous fait une étude sur les effets conjugués des polluants de la centrale avec ceux d’INEOS à Sarralbe ? Réponse : NON ! Merci , Messieurs les experts ! Toujours aussi soucieux de notre santé .


Avez-vous fait une étude sur l’impact des lignes souterraines à hautes tensions ? Nous n’avons pas obtenu ces informations de Direct Energie. Fallait peut - être insister ! Merci pour votre tenacité , Messieurs les experts ! Plus facile de se la jouer devant nous que…pour reprendre l’expression de notre Député Lett.


Avez-vous réalisé une étude sur les effets en absence de vent -situation fréquente sur le site- ? Non ! Merci pour y avoir pensé , Messieurs les experts !


Avez-vous une étude d’impact sanitaire pour la crèche d’entreprise située sur le site ? Pas de réponse à la question posée. Ca s’appelle « caler » ! Vraiment experts les experts .


Comment expliquer l’intérêt de cette centrale puisque tous les éléments du Grenelle de l’Environnement , la réglementation à venir dans le bâti neuf et existant poussent à la réduction de la consommation électrique ? Cette centrale correspond à une vision (financière) à très court terme. Elle n’est pas une centrale pour l’avenir ! Réponse du Député Lett, très, très embarrassé : «  Monsieur Borloo a fait des choses remarquables dans le cadre du Grenelle de l’Environnement… » Mais pas de réponse à la question posée.. Ca s’appelle « noyer le poisson »… le poison ?


Anecdote : pendant l’exposé au tableau du Dr Martin , le Député Lett est allé s’asseoir à côté du Dr Brousse : serrage de mains, échange de sourires, conciliabule . Nous vous disons : ces experts sont vraiment indépendants. La preuve !


Le Président Roth a conclu en affirmant que la Casc était très attachée à la protection de l’environnement : il vient de commander une étude pour un bilan carbone. C’est déroutant la conscience écologique de ces élus qui en même temps laissent échapper 2 400 000 tonnes par an de Co2 responsables de l’effet de serre. Incroyable !


Le Député Lett conclut : suite à la faible prestation de Direct Energie lors de la réunion publique d’information et d’échange organisée à la demande des Citoyens par le Commissaire - enquêteur , je vous demande : «  Faites confiance à vos élus ! » Même quand ils font fausse route ?


Mais croyez-vous sincèrement que les entreprises auront encore envie de venir se coller à côté d’une telle implantation ? Que leurs cadres auront encore envie de s’exposer, eux et leurs familles à une menace pareille ? Que des PME et PMI déjà implantées ne délocaliseront pas à la première alerte pour des sites voisins plus « propres » ? Rappel : les procédures de création d’une ICPE prévoient l’obligation d’éloignement alors que les premières maisons sont entre 500 et 600 mètres. Voir site de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris. Au final, qu’avons – nous à gagner à ce jeu avec l’opérateur privé Direct Energie quand 15 à 40 emplois vont fermer la porte à la création d’un nombre bien plus important de postes de travail par des industries à fort besoin de main d’œuvre quand l’attractivité de la zone sera plombée par cette implantation dont l’utilité est contestable – La Lorraine produit environ 9% de l’électricité nationale alors qu’elle n’en consomme que 3 % ?

A 13h30, Monsieur le Maire de Hambach lève la séance . Dans une salle annexe attendait un buffet . Bon appétit, Messieurs les « experts » en particulier ! Pas de souci , nous payerons la facture !

Monsieur Roth, Monsieur le Président de la Casc, l’article du RL qui rend compte de la réunion conclut par vos paroles : « Nous attendons la seconde étude et déciderons ensuite de notre stratégie de communication. »

Notre souci à nous  : informer.

 

Non pas communiquer avec le souci de faire avaler la pilule d’une façon ou d’une autre. Ici , il s’agit de santé publique ! Voilà pourquoi l’erreur est intolérable. En cas d’erreur, pas de retour possible. Et dans le doute, abstiens-toi : voilà la mesure sage qui s’impose.

De plus en plus de nos Concitoyens ont aujourd’hui la conviction que l’implantation de cette centrale participe d’une quadruple aberration énergétique, sanitaire,économique et écologique dont, tous les jours, nous en faisons la démonstration d’une part, d’autre part, d’un conflit d’intérêt public - privé doublé de méthodes commerciales surprenantes, enfin, d’un débat démocratique qui mérite mieux .

Peut - être qu’une aspiration  peut nous rapprocher : la défense de l’intérêt général, les impératifs sanitaires et écologiques et la promotion de notre territoire ? L’avenir nous le dira.

Nous portons à votre connaissance que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) – Québec – a rejeté le projet de centrale thermique à cycle combiné du Suroît à Beauharnois présenté par Hydro - Québec car cette centrale de

800 MW alimentée au gaz aurait généré des émissions de gaz à effet de serre incompatibles avec les réduction de GES fixés dans le protocole de Kyoto. Vérité au-delà de l’Atlantique mais aussi vérité chez nous !

Plus près de nous et en date du 30 juin 2009 : la Commission Nationale d’Aménagement Commercial a retoqué le projet Grand Fare – magasin Carrefour de 8000 m2 à Farébersviller - parce que cette implantation , «  …en matière de développement durable allait créer plus de nuisances que d’effets positifs ». La polémique Lett – Kleinhentz (maire de Farébersviller) est pour nous le contre-exemple même des bonnes pratiques démocratiques. Que dire alors des nuisances engendrées par une centrale thermique au gaz de quelques 9 00 MW ? Nous rêvons éveillés !

En attendant nous vous recommandons la lecture de l’article de GreenFacts consacré au consensus scientifique sur la pollution de l’air - deux rapports scientifiques de consensus produits en 2003 et 2004 par l’Organisation Mondiale de la santé (OMS). Nous en citons la conclusion 7.3- Ces quelques dernières années, les preuves que la pollution de l’air – aux niveaux actuellement habituels en Europe – ont des effets sur la santé se sont accumulées. Les preuves sont suffisantes pour recommander d’avantage d’actions politiques afin de réduire les émissions de particule, d’ozone et de dioxyde d’azote. Nous rajouterons le CO2 pour l’effet de serre.

Monsieur le Préfet de Région, Monsieur le Député, Monsieur le Président de la Casc, Monsieur le Maire de Hambach - qui délivre le permis de construire si la commune a un plan local d’urbanisme-, Mesdames et Messieurs les Conseillers communautaires, Mesdames et Messieurs les Maires, les Maires-Adjoints et Conseillers Municipaux, vous seuls détenez entre vos mains le bien-être de plusieurs générations de vos Concitoyens.


Nous qui ne voulons être ni victimes, ni complices du choix de Direct Energie, en appelons à vos plus hautes qualités morales pour éloigner en conscience cette menace durable. Et ceci au nom des impératifs du développement durable et de la Charte de l’Environnement adossée à la Constitution française en 2005 et qui institue le principe constitutionnel de précaution – votée par nos parlementaires - dont notre Député Lett.

Nous vous en remercions.

Le témoignage et les réflexions de personnes présentes à Hambach le 11 juillet .

Le collectif ADPSE




 

Publié dans Les résultats

Commenter cet article

barbier 17/07/2009 22:41

en pianotant sur le net on trouve que M Dominique Brousse travaille également pour Sanofi Aventis à Vitry sur Seine et que M Martin Jean Christophe travaille également au centre technique et de recherche de Loréal.....reste à savoir si il existe un lien entre ces différentes grandes entrprises et DE ( Holding, action, etc...) ce qui pourrait xpliquer leur rapidite d'intervention , leur pseudoneutralité et leur absence de confraternité vis à vis de tous les medecins de notre région !

SCHMITT 17/07/2009 13:09

de plus en plus d'élus ne sont plus aux ordres.Le bon sens et la raison l'emporteront.Felicitation au conseil municipal de Siltzheim qui a voté contre à l'unanimité.La lutte pour la défense de la santé de nos concitoyens continue, il ne faut surtout pas baisser la garde.JLS

Nadine Mouzard 15/07/2009 15:39

Si Direct Energie est aussi efficace dans la gestion de ses sites que dans celle de la communication autour des projets de construction, raison de plus pour ne pas voir leur centrale près de chez nous !ceci étant, deux petites réflexions :1) le rôle du Républicain Lorrain n'est pas, pas plus que celui d'un organe de presse quelconque, d'être pour ou contre mais de rendre compte2) J'aurais aimé que cet article soit signéNadine MouzardAdhérente ADPSE

ADPSE 15/07/2009 21:00


il le sera, vous avez raison. webmaster


DUCLAUX EMMANUEL 15/07/2009 10:00

Trés interessant le résumé de cette petite récréation du samedi matin ! Une fois de plus les élus se moquent du monde !Bel esprit d'initiative !Quelle flamboyance !Et ils prétendent défendre les valeurs démocratiques et républicaines !Pourquoi n'avoir pas ouvert cette réunion d'information à la population ? Pour éviter le désastre du centre de com à la SMART ? Ils prônent la transparence et instaurent un rapport de force ...Le pire est à venir : taxe carbone pour tout un chacun car le carbone c'est pas bien ;ça pollue et ça contribue à l'effet de serre ! Et dans le même temps on nous impose une centrale grosse pourvoyeuse de CO2 dans l'atmosphere !Ah mais oui c'est vrai ! Elle ne pollue pas !Bientôt aussi sur nos routes :des camions de 60 tonnes pour 25 m de long :c'est ça le grenelle de l'environnement !