DOSSIER DE PRESSE : Table ronde sur les risques industriels : Vendredi 3 juillet 2009

Publié le par ADPSE

                                      MINISTÈRE DE L’ÉCOLOGIE, DE L’ÉNERGIE,
                                   DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER
                              en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat
                                    DOSSIER DE PRESSE
                                          Table ronde sur les
                                          risques industriels
                                            Vendredi 3 juillet 2009

www.developpement-durable.gouv.fr

             Sommaire
             Synthèse des propositions
             Dans le domaine des plans de prévention des risques
             technologiques
             Dans le domaine des enquêtes publiques (instruction de la
             demande d’autorisation)
             Dans le domaine des instances de concertation et
             gouvernance à 5
             Composition de la table ronde « risques industriels »
                                 
                                       
 Synthèse des propositions
             Dans le domaine des plans de prévention des risques technologiques



             Le droit de délaissement dans les immeubles collectifs
            
Proposition n°       1
             Un mécanisme de délaissement global sera mis en place pour les copropriétés pour    éviter d’avoir à gérer des immeubles partiellement vides. La vérification des dispositions constructives dans le neuf et l’ancien
             Proposition n°       2
             Un groupe de travail sera mis en place pour améliorer et sécuriser le lien entre la              réglementation constructive des PPRT et la mise en œuvre effective des dispositions
             constructives. [Aucun délai n’a été évoqué en séance ; l’administration propose que les conclusions soient présentées au CSIC courant 2010]
             Le financement des travaux de confortement dans le bâti ancien ;
             Proposition n°       3
             Le financement des travaux sera pris en charge de manière plus significative
             qu’actuellement, au travers soit des conventions tripartites qui sont négociées localement, soit d’incitation fiscale notamment vis à vis de publics défavorisés (augmentation significative du crédit d’impôts).
             Proposition n°       4
             Une modulation de l’exonération de taxe foncière prévue par la loi sera envisagée pour ne s’appliquer que sur les zones de la commune impactées par le PPRT. La mise en place des conventions de financement tripartites (Etat, Collectivités, Entreprises).
             Proposition n°       5
             L’administration fera une proposition au CSIC pour définir un dispositif en cas d’absence d’accord pour les conventions tripartites (répartition par défaut du financement ou arbitrage, par exemple par le juge administratif)
             Diffusion des bonnes pratiques de concertation pour les PPRT.
             Proposition n°       6
             L’administration diffusera un tel document qui sera établi en lien avec les parties prenantes intéressées sur la base du retour d’expérience confié à l’ineris
                                                                                                  

             Dans le domaine du transport de matières dangereuses
             Proposition n°       7
             La possibilité pour le préfet d’imposer des prescriptions constructives et de fonctionnement  dans une logique de limitation des risques et d’exploitation des résultats de l' étude       des dangers sera étendue aux infrastructures de transport soumises à étude des dangers
             Dans le domaine des enquêtes publiques (instruction de la demande
             d’autorisation)
             L’annonce de l’enquête publique
             Proposition n°       8

             Le public sera mieux informé de la tenue des enquêtes avec l’utilisation des moyens              modernes, par la mise en ligne de l’annonce sur les sites des préfectures. Ces moyens viendront en complément des annonces actuellement obligatoires (annonces légales, affichage sur site et en mairie, etc.)
             Les modalités d’accès au dossier
             Proposition n°       9

             Le résumé non technique de l’ensemble du dossier sera systématiquement mis en ligne pour favoriser l’information du public et l’appropriation par ce même public des enjeux du dossier
             Proposition n°       10
             La fourniture à l’administration sous format électronique des éléments du dossier sera rendue obligatoire. L’administration aura la charge d’en assurer une diffusion à toute personne concernée le demandant, dans les conditions actuelles de diffusion des documents d’enquête publique (retrait des informations confidentielles, filtre pour les demandes à caractère abusif...). La demande pourra être faite de manière électronique. Les modalités détaillées de cette mesure seront défini par un groupe de travail au sein du Conseil Supérieure des Installations Classées.
             Proposition n°       11
             En complément de leur mise à disposition en Mairie et en Préfecture le rapport et les
             conclusions motivées du commissaire enquêteur seront mis en ligne.
             Le périmètre géographique de l’enquête publique
             Proposition n°       12
             Les listes des communes consultées dans le cadre de la procédure et de celles où sont affichées l’avis d’enquête publique seront similaires
             Proposition n°       13
             Le point de départ du rayon d’affichage sera déterminé à partir de la périphérie des
             installations.
                                                                                                 
             La durée et organisation de l’enquête
             Proposition n°       14

             Dans le cas d’une enquête publique sur un site Seveso entraînant une modification des servitudes d’utilités publiques, la durée de l’enquête sera systématiquement portée à six
             semaines et inclura obligatoirement l’organisation d’une réunion publique.
             Dans le domaine des instances de concertation et gouvernance à 5
             Le renforcement de la gouvernance à 5
             Proposition n°       15

             Le CODERST évoluera vers une instance de concertation à 5 en incluant un collège salarié en son sein.
             Proposition n°       16
             Les différents collèges au sein des CODERST, commissions locales d’information et du CSIC seront représentés. Les représentations seront équilibrées en nombre ou à défaut en
             voix
             La simplification du fonctionnement des instances locales de concertation
             Proposition n°       17
             Les différentes instances de concertation au sein d’un même site industriel seront
             fusionnées, la nouvelle commission ainsi créée pouvant se saisir de l’ensemble des
             problématiques traitées par ces instances précédentes .
             Proposition n°       18
             L’ensemble des bonnes pratiques des instances de concertation (Clis, Clic, ...) sera
             capitalisé de manière à harmoniser le fonctionnement de ces diverses instances ainsi que la diffusion au public de leur travail. Sur cette base, un guide pédagogique sera réalisé et
             diffusé
             La situation matérielle des membres d’instances de concertation
             Proposition n°       19

             Un rappel sera adressé aux préfectures concernant l’importance de la bonne mise en œuvre des dispositions en vigueur concernant le défraiement des transports et des indemnités pour les bénévoles d’associations ou subissant une diminution de rémunération. Un chantier sera ouvert pour élargir ces modalités au maximum d’instance de concertation
             Les possibilités d’expertise et de contre expertise des instances locales
             Proposition n°       20

             Les CLIS disposeront des mêmes possibilités que les CLIC d’accéder à des expertises financées par l’Etat.
                                                                                              
             Les critères de mise en place d’une instance de concertation
             Proposition n°       21

             Une base légale sera donnée pour qu’un préfet, saisi d’une telle demande, puisse décider, en opportunité, de mettre en place une instance de concertation sur un site. La base légale précisera notamment les capacités d’actions de ces commissions et les sujets qu’elle pourra traiter.
             Proposition n°       22
             Les préfets seront invités à mettre en place, de manière systématique, une commission de suivi de site autour des installations présentant des caractères de nuisances potentielles
importantes
             Les bonnes pratiques de concertation
             Proposition n°       23

             Un guide de bonnes pratiques pour les CODERST sera élaboré avec l’ensemble des parties prenantes et diffusé. Celui-ci prévoira notamment :
                   - l’envoi des dossiers à l’avance aux membres
                   - la possibilité de traiter du cas de certaines installations déjà autorisées mais générant des uisances importantes
                   - la présentation annuelle des priorités de l’inspection des installations classées et de leur bilan
                   - les bonnes pratiques d’animation du CODERST et de formation de ses membres
             L’information en situation accidentelle et incidentelle
             Proposition n°       24

             Le rapport de synthèse que l’inspection émet pour tirer les enseignements des accidents sera mis en ligne systématiquement. Les modalités de mise en pratique de cette mesure ainsi que le contenu du rapport seront défini par un groupe de travail au sein du Conseil Supérieur des Installations Classées
             Dans le domaine des délais de recours
             Proposition n°       25

             Un groupe de travail qui associera les parties prenantes le souhaitant ainsi qu’un magistrat administratif étudiera la question des recours, en particulier de la réduction de leurs délais.
             Dans le domaine des sanctions administratives et pénales
             Les voies de recours suspensif à une procédure de consignation
             Proposition n°       26
             Le caractère suspensif d’un recours contre une consignation sera soumis à une décision
positive du juge.
                                                                                                        
             Dans le domaine des contrôles
             Les moyens du contrôle
             Proposition n°       27

             Une demande d’augmentation des effectifs de l’inspection au-delà du renforcement prévu de 200 inspecteurs sera présentée au Ministre. Le doublement des effectifs par rapport à 2001 pourrait être une cible adéquate.
             La publicité des mises en demeure et des sanctions
             Proposition n°       28

             Les sanctions administratives seront mises en ligne sur internet
             Proposition n°       29
             Un groupe de travail définira les modalités d’une meilleure information du public sur les mises en demeures.
Ce groupe de travail se basera sur ce qui est fait dans le domaine de la police de l’eau et un retour d’expérience des régions qui mettent déjà des mises en demeure en ligne.
             Les contrôles périodiques des organismes agréés
             Proposition n°       30

             Des points sensibles seront identifiés dans les plans de contrôles des organismes agréés.
             Les organismes agréés, détectant des non-conformités sur ces points sensibles dans le cadre des contrôles, auront l’obligation d’en informer l’administration.
             Dans le domaine de l’expertise en matière de risques
             La qualité des études d’impact
             Proposition n°       31

             En conjonction avec la mise en place de l’autorité environnementale, afin d’améliorer la qualité globale des études d’impact, une labellisation par des organismes privés des bureaux d’études sera mise en place sur la base d’un référentiel établi par l’administration, en lien avec les parties prenantes intéressées.
             L’indépendance des bureaux d’études agissant en tant que tiers expert
             Proposition n°       32

             Une expression obligatoire des éventuels conflits d’indépendance par les tiers experts
             (passé, présente et si possible future) sera mise en place
                                                                                              
             La gouvernance scientifique des établissements de recherche
             Proposition n°       33

             Les processus de définitions des priorités de recherche en matière d’environnement
             pourraient progressivement être ouverts à l’ensemble des parties prenantes
                                                                                    
             Composition de la table ronde « risques industriels »
             Président : Jacques Vernier, maire de Douai
             Secrétariat / rapporteur : Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable
             et de la Mer / Direction générale de la protection des risques (DGPR) et Institut national de
             l’environnement industriel et des risques (Ineris)
                  Collège                     8 personnes par collège
                      ONG         FNE (4 pers.)
                                  Robin des Bois
                                  Amis de la terre
                                  WWF
                                  Greenpeace
                    Monde         MEDEF (4 pers.)
               économique         CGPME
                                  FNSEA
                                  ACFCI
                                  APCA
                 Syndicats        CGT (2 pers.)
                                  CFDT (2 pers.)
                                  FO (2 pers.)
                                  CGC
                                  CFTC
                      Elus        AMF (2 pers.)
                                  ADCF
                                  ARF
                                  ADF
                                  OPECST : M. Kert
                                  Assemblée nationale : Mme de la Raudière
                                  Sénat : Mme Sittler
             Administration       MEEDDM : DGPR, DGALN, un représentant des
                                  directeurs régionaux
                                  Intérieur / DSC, Travail / DGT, Santé / DGS, Industrie
                                  / DGCIS , Agriculture
              Personnalités       2 juristes: Maître Huglo, Maître Sol
                  qualifiées      1 commissaire enquêteur : M. Breton, président de la
                                  compagnie nationale des commissaires enquêteurs
                                  1 magistrat : M. Lemaire
                                  1 inspecteur ICPE DRIRE : M Derache
                                  1 inspecteur ICPE DDSV : à désigner par DGAL
                                  1 inspecteur du travail : à désigner par DGT
                                  Vincent Laflèche (DG Ineris)
                                                                                                 9/9
www.developpement-durable.gouv.fr

Commenter cet article