La Centrale de Verberie : mêmes questions qu'à Hambach...

Publié le

LA CENTRALE A VERBERIE EST-ELLE INDISPENSABLE ?

- le projet de Verberie d’une puissance de 840 MW est équivalent à la puissance d’un réacteur nucléaire moyen. Une turbine à gaz n’est rien d’autre qu’un réacteur d’avion géant

- Les centrales à cycle combiné gaz ont vocation à remplacer les centrales thermiques classiques en fin de vie sur les sites existants

- Verberie serait un des premiers sites vierges concerné par la construction d’une centrale à cycle combiné gaz

- 90.000 m3/ heure de gaz consommé

- 700 m3/ heure d’eau rejetée dans l’atmosphère = consommation annuelle de 4 foyers

- Plusieurs centaines de kg de rejets par les cheminées chaque seconde

- Le silo de Verberie mesure environ 40 m. Les cheminées mesureront 56 m ! Pylones HT = 47 m… mais structure aérée

- Il faut en plus prendre en compte les besoins de raccordement aux réseaux électriques (poste de transformation) et de gaz, ainsi que d’adduction d’eau nécessaires au cycle de refroidissement

- Le poste de raccordement est la propriété de RTE. Il ne figure pas sur le projet de Direct Energie

- Les transformateurs sont refroidis par circulation d’huile et radiateurs équipés de ventilateurs => encore du bruit et un risque potentiel !!!


POLLUTION


Ni « développement durable », ni « énergie renouvelable »

- Direct Energie affirme : une centrale au gaz pollue moins. C’est vrai par rapport aux centrales d’ancienne génération et plus particulièrement par rapport aux centrales au charbon non dépolluées. MAIS le gaz est un combustible fossile et donc sa combustion pollue !

- Le Grenelle de l’environnement nous demande de privilégier les énergies renouvelables > cette centrale n’y répond pas !

- Le stockage de
CO2 en sous-sol est demandé et obligatoire à partir de 2015 => cette centrale n’y répond pas !!!

- Direct Energie annonce 360g de CO2 par KWh soit 306 Tonnes de CO2 pour 850 MWh

- Si, comme Direct Energie l’affirme, la centrale ne tourne que 12h par jour, nos calculs donne 3672 Tonnes de CO2/jours = 1.340.280 Tonnes de CO2 / an = 28% des émissions de CO2 industrielles de la REGION PICARDIE !! (source PNAQ)

- La centrale qui est présentée par Direct Energie comme « pas plus polluante qu’une gazinière » sera parmi les sites industriels les plus émetteurs de CO2 de France !!

- Direct Energie annonce un rejet de 1.800.800 Tonnes de CO2 annuel ce qui nous permet d’estimer une durée de fonctionnement moyenne de 18 heures par jour !

Ces valeurs placent Verberie en 13ème position dans la liste des sites industriels les plus émetteurs de CO2 en France !

En termes d’émission de CO2 = 33.000 voitures, 24h/24
 

Publié dans La vérité avant tout

Commenter cet article

Joseph 07/07/2009 12:55

Comme toujours tout est une question de concentration et non de quantité !!!Il faut vraiment faire attention à ce que vous dites. La quantité de CO2 émise par ce type de centrale est "faible" pour ce type d'installation industrielle. La dilution naturel - c'est à dire, ce qui se passe à l'échappement d'un véhicule, ou pour les vaches - gros producteur - de gaz à effet de serre - va s'opérer dans le cadre de cette centrale. De plus le CO2 n'est pas plus toxique que l'eau qu'on boit ou l'oxygène qui nous fait vivre, vu que l'homme est également naturellement producteur de CO2. Si je suis dans une atmosphère de 18 % d'oxygène et 78 % d'azote, tout va bien ! Mais si la concentration en oxygène chute - à cause d'une trop grande quantité de n'importe quel gaz (qu'il soit toxique ou non !) : je risque l'asphyxie. D'ailleurs Azote en allemand ne se dit pas "Stickstoff" de "ersticken" qui veut dire suffoquer ?? Et pourtant l'azote n'est pas un gaz toxique.Dans le mix énergétique francais, on aura toujours besoin de centrale au gaz (car elles sont plus flexible à l'utilisation qu'une centrale nucléaire, et parce que les centrales à charbon et au fioul ferment en france). N'oublions pas que nous devons faire des choix énergétiques si nous voulons pouvoir conserver ce confort d'allumer la TV, la lumière ou de cuisiner ou se chauffer, sans se demander d'où vient le courant !Titulaire d'un doctorat en chimie

ADPSE 07/07/2009 14:04


On se fera un plaisir de vous répondre point par point. quelques éléments de réponses seulement :

Nous sommes dans une région déjà sinistrée au niveau environnemental : chez nous il y a plus de malades du cancer, plus de maladies pulmonaires que dans le restant de la France : pourquoi
donc en rajouter plus...faut-il nous condamner davantage?

ensuite notre département de la Moselle contribue pour une part plus importante que les autres départements à la fabrication d'énergie électrique. (Centrale de Cattenom, Carling, etc...)

Apprenez cher Monsieur Joseph que le gaz utilisé même dans des usines super sophistiquées est une energie fossile non renouvelable...et de plus nous dépendons des aléas politiques des pays
qui nous livrent, etc...

ensuite je vous envoie chez nos voisins les allemands qui sont en train de créer des milliers d'emplois et cela pour des années en créant de nouvelles techniques et en utilisant les énergies
renouvelables.
Je vous laisse visiter notre page du blog en espérant que vous maîtrisez la langue de Goethe http://centralethermiquehambach.over-blog.fr/article-33268363.html
et vous laisse lire....on est en train de perdre bêtement un temps précieux et énormément d'emplois....on continue à vivre avec des idées du siècle dernier...lisez Monsieur Joseph, docteur en
chimie, lisez et apprenez qu'il y a d'autres chemins et d'autres possibilités qui permettront à nos conctoyens de vivre sainement et de trouver un job dans les énergies renouvelables....et de
ne pas terminer leur vie malade dans un hôpital du coin.... soyez intelligent et ouvert, Monsieur Joseph.

Voilà les premiers éléments de réponse...le reste suivra...Réflechissez entre temps à notre environnement et à la santé de nos concitoyens...

En réponse complémentaire de la part de Monsieur Schneider que nous remercions pour sa réponse trés précise et trés bien documentée.


ci-dessous mon commentaire à la contribution de ce docteur en chimie
:


 


----------------------------------


 


" En effet pour ce type d´installation industrielle la pollution est, en comparaison d´une centrale charbon, beaucoup plus faible. Donc,
dans le cas d´un remplacement d´une centrale charbon, cette technologie réduit effectivement la pollution. Mais ici, il s´agit d´une installation "green field", c´est á dire une nouvelle
implantation: Et dans ce cas, la question pour moi, habitant de Hambach, n´est pas de savoir si la pollution est plus faible qu´une centrale au charbon, mais plutot si cette centrale est
plus polluante que d´autres technologies en particulier renouvelables ou même par rappport á d´autres solutions gaz (cogénération). Et lá, la réponse est oui, cette centrale
pollue et pollue plus que d´autres technologies.  A la différence de la CASC, pour qui cette centrale ne pollue pas (journal de mai 2009), Mr le Docteur en Chimie est déjà
plus honnête et dit que cela ne polluera que peu. Mais que veut dire peu : Selon DE il y aura un  rejet de CO2 : 2,6 mio de t / an. Si je prends en moyenne un rejet de 150 gr / km pour
une automobile, et 20 000 km / an, cela représente un rejet moyen de : 0,15 kg * 20000 = 3000 kg soit 3 t. Et maintenant combien de voiture cela représente-t-il : 2 600 000 / 3 soit tenez
vous bien : environ 850 000 voitures qui circulent sur 213 Ha de terrain à 500 m de chez moi quasiment 24 / 24 et 7j / 7. Voilà qui illustre le "peu" de pollution CO2 de cette centrale. Et je ne
parle pas des autres rejets comme le SO2, les NOx,... Mr le chimiste a -t il été lire les dossiers de DE. J´en doute.


 


Par ailleurs dans la contribution de ce monsieur, celui-ci affirme que ce qui compte c´est
la concentration et non la quantité. Or la concentration des rejets dans l´air dépend tout simplement de la quantité d´air que je prends en compte pour calculer ma concentration. Quand
je prends en compte un rayon  de 5 km (et en hauteur jusqu´à la stratosphère) autour de la centrale et que je divise les rejets par ce volume d´air il est clair qu´en moyenne j´obtiens une
concentration très basse. Toutefois :


- la concentration ne sera pas directement homogénement réparti dans toute l´atmosphère
terrestre lors de la sortie de la cheminée, les riverains les plus proches auront une autre concentration que les riverains à 5 km voire 50 km (voir modélisation de
DE).


- la concentration variera  en fonction du vent (donc ce qui va bien mélanger les
rejets dans l´atmosphère). Mais en été par exemple, quand il y a un puissant anticyclone et donc pas de vent, quelle sera alors la concentration ? En fait elle monte dans le pourtour
immédiat des sites polluants. Tout le monde entend réguliérement en été les alertes d´ozone (NOx) dans les grandes villes, etc. Donc la concentration peut varier
fortement.


- Par ailleurs, et pour raisons commerciales, cette centrale va tourner comme unité base mais
en intermittence, c´est à dire tourner tous les jours et être arrêtée la nuit pendant 2 - 3 heures. Les valeurs de rejets en terme  de concentration sont exprimées pour un fonctionnement de
la centrale en continu. Une CCG n´est rien d´autre qu´un moteur á combustion  un peu particulier. A ce titre les rejets sont nettement plus importants en fonctionnement intermittent. Par
exemple :  vous devez rouler 1000 km avec votre voiture. Si vous faites ces 1000 km d´un trait en roulant toujours á la même allure vous aurez énormément moins de rejets (et donc de
concentration car le volume d´air pour calculer la concentration reste constant) que si vous faites ce trajet en étapes de 50 km et que vous arrêtez votre moteur entretemps chaque fois pendant 2
h.. Et pour ce type de fonctionnement intermittent de la centrale c´est très curieux, mais aucun chiffre de concentration.


-  La question n´est pas si nous allons mourir étouffé. Mais plutot quel est l´impact sur
la santé avec de petites doses de différents rejets (y compris CO2) pendant 30 ans. Et de ce coté la DRIRE de Languedoc Roussillon, les médecins pneumologues de Sarreguemines, Prof
Belpomme,.... prennent une position claire en indiquant que ces rejets ne vont pas nous étouffer mais causer et favoriser des maladies comme l´asthme, le cancer,... et qui, elles,
tuent. Mais Mr le Dr en chimie est beaucoup plus balèse en médecine que tous ces rigolos que je viens de citer


- Quel est l impact de ces faibles concentrations sur les gens fragiles, les asthmatiques,
....? C ést curieux, Mr l´expert en chimie n´en parle pas. Y-a-t-il seulement pensé ?


 


Ensuite ce Monsieur argumente en disant qu´il faut un certain nombre de centrales au gaz car
plus flexibles qu´une centrale nucléaire. Le parc flamme en France
(site web EDF) représente 10,5 GWh. Selon RTE (classeur 1 DE) le réseau serait de 113 GWh, ce qui ne correspond pas forcément á la consommation, mais bon comme ordre de grandeur cela suffit.
Bref 10 % de la capacité totale pour ajuster la production à quoi il faut rajouter l´hydraulique, qui est aussi flexible que le parc flamme. Faut y rajouter toutes les énergies renouvelables
(Eolien, Photovoltaique,...) qui elles aussi sont tout aussi flexibles car pour toutes ces technologies, il suffit d´appuyer sur un bouton et la production est lancée. Je rappuie sur un bouton et
la production s´arrête. Donc il y a pas mal d´autres alternatives qui répondent á cette flexibilité. Bref en gros 20 % de la production francaise est aujourd´hui aussi flexible qu´une
centrale gaz. A titre d´exemple pour la cogénération (avec moteurs diesel fonctionnant au gaz naturel) le temps entre allumage et production pleine puissance n´excède pas plus de quelques
minutes.  Je suis curieux de connaitre le temps entre appui sur le bouton pour allumer et production à 100% d´une turbine de 445 MWh.


Par ailleurs je voudrais citer cette anecdote : En Octobre 2006 ou 2007, il y a eu un
effondrement par cascade du réseau électrique á partir de l´Allemagne suite à une rupture de ligne haute tension, l´effondrement de tout le réseau européen a été évité grace aux centrales
hydrauliques francaises. Selon EDF á l´époque, toutes les centrales hydrauliques ont été mises en route en moins de 5 minutes.


 


Ensuite ce Monsieur argumente qu´en France on va fermer les centrales fioul et charbon. Vrai
et pas vrai. Vrai dans la théorie. Dans la pratique il suffit de regarder ce qui se passe á Blénod par exemple (Site web EDF). On a rénové l´an dernier et cette année les 3 tranches charbon (250 MWh). Selon EDF cette centrale
charbon va tourner jusqu´en 2015. Quand on dépense des millions D´EUR dans une rénovation, ce n´est pas pour arrêter cette centrale dans 6 ans.  Bref les faits contredisent les paroles.
Je crois que Mr le chimiste est un tout petit peu naif. Comme disait un certain J. Chirac, je cite : " les promesses n´engagent que ceux qui y croient". Par ailleurs on  construit à Blénod
déjà maintenant une première tranche de CCG ( 1 turbine de 440 MW) qui elle tournera en 2012-2013. Donc dans ce cas précis,  le CCG ne remplace pas la centrale au charbon, la centrale CCG
vient en sus du charbon.  Et le "peu" de pollution du  CCG vient aussi en sus. Je cite DE : "La moitié des centrales charbon risque de fermer". Même DE sait que ces centrales ne
seront pas fermées de sitôt, car eux aussi ne parlent que de risques.


 


Dans sa contribution, ce monsieur nous présente comme  des réactionnaires écologiques ne
souhaitant qu´une chose : retourner vivre dans les grottes. Je rassure notre "Ali le chimiste" local, ce n´est pas mon cas, ni de ceux que je connais et qui sont contre ce projet. Non, s´il faut
vraiment, vraiment une centrale, il en faut une qui soit optimale (sanitaire, économique, écologique, ...) pour tout le monde et pas seulement pour DE et la CASC. Nous devons en effet faire des
choix énergétiques.  Moi aussi je souhaite mon confort. Mais ici il s´agit avant tout d´un choix technologique majeur et ce choix est un choix stratégique pour les 30 prochaines années,
alors on n´a pas le droit de se tromper.


Ce choix est stratégique :


- au niveau pollution,


- au niveau sanitaire,


- mais aussi niveau cout de production du KWh (dans + ou - 5 ans  le cout KWh d´une
centrale CCG sera plus cher que le photovoltaique et autres énergies renouvelables). D´une part parce que les couts d´investissements dans les énergies renouvelables chutent continuellement et
d´autres part les prix du gaz augmentent de maniére exponentielle (régle de l´offre et de la demande et comme la gaz est une ressource limité, les prix vont forcément
monter),


- au niveau dépendance énergétique,


- emploi, 


- .....


 


Je pense ,et je ne suis pas le seul, que  la solution CCG  est le plus mauvais choix
technologique et stratégique. 


 


Mais pour arriver á une telle conclusion, Mr le Docteur en chimie, il faut rechercher, réfléchir, analyser,
comparer.... Au vu de votre contribution, je me pose sérieusement la question si vous êtes bien titulaire d´un doctorat en chimie, moi je crois plutot que vous vous parez d´ornements qui ne
sont pas les vôtres".


 


----------------------------------


 


Salutations cordiales


 


F. Schneider



Meyer Arthur 29/06/2009 13:52

Concernant la durée journalière de fonctionnement, je pense qu'elle se situera à 24h/jour. En effet, dans le milieu industriel, une centrale ou un réacteur (que ça soit pour de l'énergie ou pour la fabrication de carburant: vapocrackeur) à l'arrêt coute une petite fortune. Durant la période d'arrêt il n'y a pas de production donc pas de rentrée d'argent! De plus le redémarrage d'une centrale est très long et comporte des risques divers. J'ai eu l'occasion de visiter une centrale à charbon en Allemagne (haute technologie pour la combustion) et les arrêts ne sont possibles qu'en cas de force majeur à cause de la perte d'argent et des problèmes qui peuvent survenir.En espèrant que je me trompe concernant le fonctionnement de cette centrale